Día de los Muertos

0
401

Festival macabre imprégné de folklore mexicain, les traditions qui sous-tendent le Jour des morts sont aussi captivantes que les scènes qui en ont fait un phénomène mondial.

Rédigé par Sian Anne Lewis

Cet article a été publié à l’origine sur wildbounds.com.

“Ce soir est le moment où les âmes des morts peuvent rendre visite aux vivants, et elles sont accueillies avec des cadeaux et des offrandes” a déclaré Ruben alors que nous marchions parmi les tombes fleuries, nos torches illuminant les tombes où les familles étaient venues rendre visite à leurs proches, apportant avec elles des guitares et des bouteilles de mezcal puissant pour un pique-nique macabre. Nous étions au cimetière d’Oaxaca, éclairé aux chandelles, le 2 novembre, le jour des morts. À l’extérieur du paisible cimetière, un défilé coloré de musiciens et de squelettes virevoltait et se frayait un chemin dans les rues de la ville.

Le Dia de Muertos est difficile à définir. Ce n’est pas tout à fait une célébration, bien qu’elle ait tous les attributs d’une célébration. Il s’agit plutôt d’honorer les êtres chers perdus le jour où le rideau entre le monde des vivants et celui des morts devient élastique. Et comme toute fête mexicaine, c’est une occasion incroyablement colorée qui se déplace au rythme des groupes de mariachis.

Je suis arrivé à Mexico une semaine avant le Jour des morts et les préparatifs battaient leur plein. Des drapeaux couleur arc-en-ciel représentant des crânes souriants dans des sombreros flottaient dans les rues, et sur les marchés très fréquentés, les habitants faisaient provision de pan de muerto (pain du mort) épicé à la cannelle, dont le centre est constitué d’une horrible petite tête de poupée en sucre. D’autres étalages vendaient des crânes de bonbons délicieusement décorés et des bocaux en terre remplis de pulque, une ancienne (et puissante) liqueur d’agave, et d’autres encore faisaient un commerce florissant de grosses grappes de soucis aztèques à l’orange citrouille, dont on dit que leur douce odeur guide les morts vers la maison.

J’ai pris mon VTT et j’ai échappé à l’agitation de la ville pour les montagnes de la sauvage Sierra Norte. Sur les hauteurs de la ville d’Oaxaca, d’anciennes pistes sillonnent les forêts de nuages, reliant des villages de montagne isolés où le brouillard froid enveloppe de petites cabanes en rondins – loin du soleil et de la chaleur des vallées en contrebas. Ces collines sont le paradis des vététistes, pleines de kilomètres de pistes forestières et de descentes vertigineuses.

Le matin du Dia de Muertos, mon guide, Ruben, m’a réveillé à quatre heures du matin et nous avons gravi un haut sommet pour regarder le soleil se lever, sa lumière peignant le sommet des pins d’un rose sombre à travers les nuages de marshmallow qui se trouvent en dessous de nous.

Nous sommes retournés dans la vallée à temps pour découvrir que les célébrations à Mexico n’étaient rien en comparaison des festivités à part entière qui avaient pris possession de la ville coloniale de Oaxaca. Dans l’entrée de chaque maison aux couleurs pastel, des bougies scintillaient sur des autels ornés de soucis. Et lorsque la nuit tombait et que les familles revenaient du cimetière, la fête commençait sérieusement. Les marchés de rue bruyants faisaient un commerce florissant de maïs chaud en épis, de tamales frais, de chocolats épicés. Des musiciens menaient de longs défilés de danseurs sur les pavés, les femmes étaient habillées de huipiles magnifiquement brodées, la tunique mexicaine traditionnelle, portée avec une jupe fluide et des fleurs empilées dans les cheveux. Et malgré mes jambes de cycliste fatiguées, il m’était impossible de résister au battement des tambours et à la démangeaison de me joindre à cette danse effrayante.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire!
Entrez votre nom ici